Trobairitz

Trobairitz, c’est le féminin de troubadours, des femmes poétesses et compositrices. Bien qu’une seule partition n’ait été retrouvée à ce jour, on connait un corpus de vingt-trois cansos.

Ces dames écrivent en langue d’Oc, langue vernaculaire au sud de la France et vivent dans les milieux aristocratiques des XIIe et XIIIe siècles.

Le thème commun de ces poésies est la fin’amor, amour épuré et brûlant qui tremble de désir et de respect devant l’être aimé et inaccessible. Un adultère spirituel, un désespoir poignant devant un amant qui la dédaigne, un état où l’on n’en finit pas de mourir d’amour …

Les différentes sources donnent une vingtaine de trobairitz parmi lesquelles nous avons choisi des textes de la Comtesse de Die, Clara d’Anduze, La Dame de Casteldoze, Na Tibors et Gersende de Sabran.

Dans ce projet nous avons délibérément choisi d’allier textes anciens et musiques d’aujourd’hui. La chanson A chantar m’es a gardé sa mélodie d’origine, mais toutes les autres sont des compositions spécialement conçues pour chaque poème, les partitions d’origine ayant disparu. 

Le concert est donc composé de chansons élaborées dans ces conditions et de musiques instrumentales à danser, les estampies, dont les mélodies proviennent du Manuscrit du Roi rédigé au XIIIe siècle.

Réunis autour de ce projet :

Ingrid Blasco : vielle à roue
Alice Khayati : chant, flûte à bec, percussions
Mathias Mantello : percussions
Gwen Tual : Oud, Setâr

 Un concert qui met à l’honneur des femmes oubliées de l’Histoire

 Pour écouter (enregistrements publics mai 2022) :

DURÉE

environ 1h15

CRÉDITS

Création 2021/2022,
Production Babil

En Greu esmai
Fin ioi me don’ alegrenssa
0 Partages
Partagez